Live en cours

Le « Moskva » a été évacué du fait d’un incendie à bord, a annoncé le ministère de la défense russe, sans en préciser l’origine. Par ailleurs, Washington promet une nouvelle aide militaire massive et Joe Biden évoque un « génocide ».

Le « Moskva » vaisseau amiral de la flotte de la mer Noire

Photo montrant le croiseur « Moskva » participant à un défilé lors de la Journée de la marine près d’une base navale à Sébastopol, le 31 juillet 2011.

Le Moskva (« Moscou », anciennement Slava, « gloire » en français, jusqu’en 2000) est le vaisseau amiral de la flotte de la mer Noire. Les navires de la classe Slava sont des croiseurs lance-missiles dévolus prioritairement à la lutte antinavire, avec pour cibles principales les porte-avions de l’OTAN durant la guerre froide.

Ce navire de 12 490 tonnes, long de 180 mètres et emportant 66 officiers et 419 marins, a été mis en service du temps de l’Union soviétique, en 1983, et a participé à l’intervention russe en Syrie à partir de 2015. Selon les agences de presse russes ce croiseur lance-missiles est équipé de 16 missiles de croisière antinavire de type Vulkan.

Dans les premiers jours de l’invasion de l’Ukraine, il a pris part à une attaque contre l’île aux Serpents, près de la frontière roumaine, au cours de laquelle 19 marins ukrainiens ont été capturés pour être ensuite échangés contre des prisonniers russes. Le navire est représenté sur un timbre mis en service mercredi par la Poste ukrainienne.

Le gouverneur de l’oblast d’Odessa, Maksym Martchenko, a déclaré que le Moskva avait été frappé par deux missiles antinavires ukrainiens de type Neptune, sans toutefois avancer de preuves.

Le 24 mars, la marine ukrainienne avait détruit le navire de transport de troupes Orsk dans le port occupé de Berdiansk, à 80 km à l’ouest du port stratégique de Marioupol.

Washington défend l’emploi du terme de « génocide » par Biden

Washington s’est attaché à défendre durant la journée de mercredi l’emploi surprise du terme « génocide » par le président, Joe Biden, pour qualifier les opérations russes en Ukraine. « Je pense qu’une fois que nous aurons pu réunir toutes les preuves, nous allons finir par arriver à la même conclusion que le président Biden, car ce qui se passe sur le terrain n’est pas un accident », a déclaré sur la chaîne CNN la numéro trois de la diplomatie américaine, Victoria Nuland.

Les juristes restent prudents sur l’utilisation de ce terme, tandis que les dirigeants occidentaux sont divisés sur son emploi. Le Kremlin a, lui, jugé « inacceptable » que M. Biden ait proféré une telle accusation. Les diplomates américains se sont toutefois efforcés de minimiser la portée concrète de l’accusation présidentielle, estimant qu’il s’agissait avant tout d’une position « morale ».

« Le président parlait de l’impression qu’il a eue en regardant les horribles images que nous avons tous vues depuis des endroits comme Marioupol, comme Boutcha, comme Kharkiv ou comme d’autres endroits », a affirmé mercredi le porte-parole du département d’Etat, Ned Price, devant la presse.

« Ce qui compte, ce n’est pas comment on appelle [ces actes], c’est comment on y répond, et nous y répondons de manière déterminée, en fournissant à nos partenaires ukrainiens ce dont ils ont besoin pour se défendre, a-t-il ajouté. Qu’il s’agisse d’un crime de guerre, d’une atrocité ou d’un génocide, cela ne change pas notre stratégie, cela ne nous donne pas plus de pouvoirs. »

Washington annonce une aide militaire comprenant des équipements lourds

Les Etats-Unis ont annoncé une nouvelle aide militaire de 800 millions de dollars comprenant 18 canons M777 Howitzer, des pièces d’artillerie de dernière génération utilisées encore récemment par l’armée américaine en Afghanistan, accompagnés de 40 000 obus de 155 mm, de 10 radars anti-artillerie mobiles AN/TPQ36 et de deux radars antiaériens AN/MPQ64 Sentinel.

Par ailleurs, cette nouvelle tranche comprend 300 drones « kamikazes » Switchblade, ainsi que 500 missiles Javelin et « des milliers d’autres systèmes antichars », auxquels s’ajoutent 200 véhicules blindés de transport de troupes M113 et 100 blindés légers Humvee, selon la liste détaillée publiée par le porte-parole du Pentagone, John Kirby.

Les Etats-Unis avaient jusqu’ici rechigné à livrer les équipements lourds demandés par les Ukrainiens, faisant valoir que cela ne ferait qu’alimenter encore les tensions entre Washington et Moscou, avec le risque que les Américains soient considérés comme partie prenante à la guerre.

Le croiseur russe « Moskva » « gravement endommagé »

La Russie a subi un de ses plus gros revers matériels depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, le croiseur Moskva, vaisseau amiral de la flotte de la mer Noire, ayant été « gravement endommagé du fait d’une explosion de munitions causée par un incendie », selon le ministère de la défense russe cité par l’agence de presse d’Etat TASS, et par des frappes de missiles selon Kiev. Le ministère a, par ailleurs, déclaré qu’une enquête était en cours pour déterminer les causes de l’incendie, se gardant dans l’immédiat de faire le lien avec les activités militaires ukrainiennes.

Il s’agit du même navire qui avait intimé l’ordre à une petite garnison ukrainienne d’évacuer l’île des Serpents, au début de l’invasion russe, « de rendre les armes et de capituler pour éviter que le sang de victimes inutiles coule », injonction à laquelle les soldats ukrainiens avaient répondu : « Navire russe, va te faire foutre. »

L’image à la « une » de ce live

Des hommes en tenue de protection exhument les corps de civils tués durant l’occupation russe à Boutcha, près de Kiev, en Ukraine, mercredi 13 avril.

Bonjour, bienvenue dans ce live consacré à la guerre en Ukraine.

Vous pouvez retrouver notre live de cette nuit à ce lien.

https://assets-decodeurs.lemonde.fr/redacweb/ukraine-cartes-infographie/derniere-maj-ukraine-avancee-russe.png
https://assets-decodeurs.lemonde.fr/redacweb/ukraine-cartes-infographie/derniere-maj-ukraine-avancee-russe.png
30
La situation en carte
Agrandir

Le contexte

Live animé par Pierre Bouvier et Solène L’Hénoret

  • Le ministère de la défense russe a reconnu avoir évacué la totalité de l’équipage du croiseur Moskva, que les autorités ukrainiennes ont annoncé avoir touché avec des missiles Neptune mercredi soir. « Le croiseur lance-missiles Moskva a été sérieusement endommagé du fait d’une détonation de munitions causée par un incendie », a annoncé le ministère de la défense, cité par l’agence de presse d’Etat TASS. Le ministère a, par ailleurs, déclaré qu’une enquête était en cours pour déterminer les causes de l’incendie, se gardant de faire le lien avec les activités militaires ukrainiennes.
  • Les Etats-Unis annoncent une nouvelle aide militaire de 800 millions de dollars comprenant 18 canons M777 Howitzer, des pièces d’artillerie de dernière génération, 300 drones Switchblade, 500 missiles Javelin et « des milliers d’autres systèmes antichars ». Les Etats-Unis avaient jusqu’ici rechigné à livrer les équipements lourds demandés par les Ukrainiens, craignant d’alimenter les tensions entre Washington et Moscou.
  • Dans le même temps, Washington défendait l’emploi du terme « génocide » par le président, Joe Biden, pour qualifier les opérations russes en Ukraine. « Je pense qu’une fois que nous aurons pu réunir toutes les preuves, nous allons finir par arriver à la même conclusion que le président Biden, car ce qui se passe sur le terrain n’est pas un accident », a déclaré sur la chaîne CNN la numéro trois de la diplomatie américaine, Victoria Nuland.
  • L’Ukraine dément la chute de la ville de Marioupol. Plus d’un millier de soldats ukrainiens se sont rendus aux forces russes dans la ville de Marioupol, port stratégique de la mer d’Azov assiégé depuis des semaines, a affirmé le ministère de la défense russe. Mais Oleksiy Arestovych, conseiller du président ukrainien, a déclaré sur Facebook qu’une centaine de militaires, membres d’unités de marine, avaient effectué une percée et rejoint le régiment Azov. Il a ajouté que la ville de Marioupol n’était pas totalement sous contrôle des troupes russes. Cette information n’a pas pu être vérifiée.
  • Les présidents de la Pologne, de la Lituanie, de la Lettonie et de l’Estonie à Kiev. Arrivés en Ukraine pour « soutenir » le gouvernement « à un moment décisif pour ce pays ». La venue à Kiev du chancelier allemand, Olaf Scholz, est, elle, toujours souhaitée instamment, a fait savoir mercredi un des conseillers de Volodymyr Zelensky.

Lire tous nos articles, analyses et reportages sur la guerre en Ukraine

Factuel. Guerre en Ukraine : les armes qui ont fait la différence

Reportage. Dans Kherson occupée par la Russie, le dilemme d’une population épuisée

Décryptages. La Finlande fait un premier pas vers une candidature à l’OTAN

Chronique. « La diplomatie que préconise Marine Le Pen correspond à ce que souhaite la Russie de Poutine »

Portrait. L’arrestation du Viktor Medvedtchouk, député prorusse et ami de Poutine, un symbole fort pour les Ukrainiens

Podcast. Guerre en Ukraine : les réponses du « Monde » à vos questions

Vous pouvez retrouver notre live d’hier sur ce lien

« Pourquoi ma question n’est pas publiée ? » : comment « Le Monde » gère les contributions dans les suivis en direct

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.