Live en cours

L’ONU a confirmé dimanche 1er mai qu’une opération était en cours pour permettre à des civils de quitter cette zone où sont terrés, selon Kiev, des centaines d’Ukrainiens. Toutes les précédentes tentatives d’évacuation avaient échoué.

Le point sur la situation en Ukraine à 13 heures

  • Visite surprise à Kiev de Nancy Pelosi

La présidente de la Chambre des représentants aux Etats-Unis, Nancy Pelosi, a rencontré samedi le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, au cours d’une visite surprise à Kiev, afin d’afficher le soutien américain à l’Ukraine. « Notre délégation s’est rendue à Kiev pour envoyer un message sans équivoque et retentissant au monde entier : les Etats-Unis sont aux côtés de l’Ukraine », selon un communiqué de la délégation américaine publié à l’issue de sa visite.

  • Premiers civils extraits d’Azovstal

Dans la ville portuaire de Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine, presque entièrement détruite après des semaines de siège, un premier groupe de civils a été extrait dans la nuit de samedi à dimanche de l’aciérie Azovstal, dernière poche de la résistance ukrainienne dans cette cité.

Une vingtaine de civils ont été évacués des sous-terrains de cet immense complexe industriel, selon le bataillon ukrainien Azov qui défend cette zone industrielle, ce qui représente une grande première, toutes les précédentes tentatives d’évacuation ayant échoué. De son côté, le ministère de la défense russe a affirmé que deux groupes de civils, de 25 et 21 personnes, avaient pu sortir d’Azovstal. Selon de nouvelles images par satellite de Maxar Technologies prises le 29 avril, presque tous les bâtiments d’Azovstal ont été détruits.

  • Odessa : tir russe contre l’aéroport

L’aéroport d’Odessa, dans le sud de l’Ukraine, a été frappé samedi par un missile russe qui a détruit la piste, sans faire de victime, a annoncé le gouverneur de la région, Maksym Martchenko. Pour sa part, le ministère de la défense russe a assuré dimanche avoir détruit, outre la piste, « un hangar contenant des armes et des munitions reçues des Etats-Unis et de pays européens ».

  • Moscou évoque la saisie d’avoirs de pays jugés hostiles

Les autorités russes ont laissé entendre dimanche que les avoirs en Russie de certains pays jugés hostiles pourraient être saisis, en réponse à la proposition de l’administration américaine de liquider les avoirs saisis auprès d’oligarques russes et d’en transférer le produit à l’Ukraine.

La Russie grignote lentement du terrain à l’Est

Sur le flanc oriental, l’armée russe, numériquement supérieure à son adversaire ukrainien et mieux dotée en artillerie, cherche à le prendre en étau depuis le Nord et le Sud afin de compléter son emprise sur le Donbass. Il s’agit de la « deuxième phase » de « l’opération militaire spéciale » lancée le 24 février par le président russe, Vladimir Poutine, après le retrait des forces russes du nord de l’Ukraine et de la région de Kiev, mises en échec. Les forces russes gagnent du terrain.

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a alerté samedi sur le fait que les Russes « ont constitué des renforts dans la région de Kharkiv, essayant d’augmenter la pression dans le Donbass ». Parallèlement, un haut responsable militaire ukrainien a dit samedi soir avoir informé le chef d’état-major des armées des Etats-Unis, Mark A. Milley, de « la situation difficile dans l’est de notre pays, notamment dans les régions d’Izioum et de Sievierodonetsk, où l’ennemi a concentré l’essentiel de ses efforts et ses troupes les plus préparées au combat », deux villes situées à peu près dans l’axe Kharkiv-Louhansk.

Lire aussi : Guerre en Ukraine : à Sievierodonetsk, dans le Donbass, les prorusses attendent qu’on les « libère »

« Malgré la complexité de la situation, nous assurons la défense, maintenons les lignes de front et les positions occupées », a toutefois affirmé le général Valery Zaloujny sur la page Facebook de l’état-major militaire ukrainien.

Les quartiers nord-est de Kharkiv, deuxième ville du pays avec près de 1,5 million d’habitants avant la guerre, sont quotidiennement frappés par des roquettes russes, causant la mort de civils. Mais la situation est parfois mouvante : Rouska Lozova, un village de quelques milliers d’habitants, situé à une vingtaine de kilomètres du centre de cette métropole, a été repris vendredi par les forces ukrainiennes après deux mois sous occupation russe.

Côté armement, au milieu des grandes plaines vallonnées et des cités industrielles, le face-à-face se fait essentiellement à l’artillerie. Le rapport de force reste extrêmement favorable aux Russes, jusqu’à « cinq fois supérieur en matière d’équipement » selon Iryna Terehovytch, sergente de la 123e brigade ukrainienne.

Tout le live

L’UE finalise un embargo progressif sur le pétrole russe

L’Union européenne finalise un arrêt progressif de ses achats de pétrole et de produits pétroliers à la Russie pour sanctionner la guerre en Ukraine et va annoncer cette semaine un calendrier et de nouvelles mesures, ont confié dimanche plusieurs sources européennes à l’AFP.

« Il y a une volonté politique de cesser les achats de pétrole à la Russie et nous aurons la semaine prochaine des mesures et une décision sur un retrait progressif », a affirmé un responsable européen impliqué dans les discussions.

La Commission européenne doit mettre sur la table une proposition d’embargo« avec une période de transition jusqu’à la fin de l’année », a également indiqué un diplomate européen. La décision n’est« pas facile à mettre en oeuvre »en raison de deux difficultés, a cependant précisé le responsable européen.

Deux pays européens enclavés, la Hongrie et la Slovaquie, dépendent des oléoducs russes. Il n’ont pas de ports et ne sont reliés à aucun oléoduc européen. Il faut construire des infrastructures ou trouver des alternatives. En outre, les décisions européennes ne doivent pas entrainer une flambée mondiale des prix du pétrole qui serait contreproductive.

Bonjour,

La raspoutitsa, « le temps des mauvaises routes », semble toujours en cours en Ukraine et ralentir l’avancée des chars russes.

Un char et des camions des troupes pro-russes circulent sur une route près de la ville portuaire de Marioupol, dans le sud de l'Ukraine, le 17 avril 2022.

Bonjour DesdeMexico,

Vous êtes plusieurs à nous poser des questions sur l’état de santé de Vladimir Poutine. Nous n’avons pas d’informations à ce sujet. Les seuls indices dont nous disposons quant à son état psychologique viennent des images de ses interventions, où peuvent être relevés un ton durci ou une colère froide, des formules rageuses ou des soupirs exaspérés, ou le fait qu’il frappe violemment sur une table…

Le président russe Vladimir Poutine lors d’une cérémonie de remise des médaillés du Comité olympique russe des XXIVes Jeux olympiques d’hiver à Pékin au Kremlin à Moscou, Russie, mardi 26 avril 2022.

Bonjour Philippe,

Le chef d’état-major général de la Russie, Valery Gerasimov, aurait été blessé sur le territoire ukrainien, selon l’ancien ministre de l’intérieur ukrainien Arsen Avakov. « Il a reçu un éclat d’obus au tibia droit », écrit-il sur Twitter. Mais il faut rester prudent, cette information n’ayant pas encore été confirmée par le ministère de la défense ukrainien.

Une structure de l’armée russe, près de la frontière ukrainienne, touchée par un incendie

Un incendie s’est déclaré dans des locaux appartenant au ministère de la défense russe dans la région de Belgorod, près de la frontière avec l’Ukraine, selon son gouverneur, faisant un blessé.

« A la frontière des régions de Borissov et Belgorod et du district urbain de Iakovlevski, un incendie s’est déclaré dans […] l’un des [locaux] du ministère de la défense », a déclaré sur Telegram le gouverneur de la région de Belgorod, Viatcheslav Gladkov. Un peu plus tard, il a annoncé qu’une personne avait été blessée légèrement, assurant que les services de secours étaient à l’œuvre sur place.

Plus tôt dans la journée, le gouverneur d’une autre région frontalière, celle de Koursk, a fait savoir sur Telegram qu’en fin de matinée une partie d’une voie ferrée utilisée pour le fret s’était effondrée au niveau d’un pont, sans faire de victimes.

« C’était un sabotage, une affaire pénale a été ouverte. Les autorités chargées de l’enquête, les experts des forces de l’ordre vont régler le problème », a promis le gouverneur, Roman Starovoït, sans nommer les forces ukrainiennes et en promettant de donner des détails supplémentaires ultérieurement.

Une centaine de civils ont été évacués du site d’Azovstal à Marioupol vers le territoire contrôlé par l’Ukraine, affirme Volodymyr Zelensky

L’évacuation de l’usine Azovstal à Marioupol, port assiégé dans le sud-est de l’Ukraine, « a commencé », a annoncé le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, sur Twitter. « Un premier groupe d’environ cent personnes se dirige vers le territoire contrôlé [par l’Ukraine]. Demain, on va les accueillir à Zaporijia. »

« Merci à notre équipe ! Ils travaillent avec des représentants de l’ONU pour évacuer les civils qui restent sur le territoire de l’usine », a-t-il poursuivi.

Des civils qui ont quitté la zone proche de l'aciérie Azovstal à Marioupol se tiennent avec un chien à côté d'un bus gardé par des membres des troupes prorusses près d'un centre d'hébergement temporaire dans le village de Bezimennoïé, dans la région de Donetsk, en Ukraine, le 1er mai 2022.

Bonjour, Roland,

Il y a effectivement des manifestations pour le 1er-Mai en Russie. A Moscou, des membres et des sympathisants du Parti communiste russe sont descendus dans la rue pour la Journée internationale des travailleurs. Mais, pour l’instant, aucun mouvement contre la guerre menée en Ukraine n’a été rapporté.

Le leader du Parti communiste russe, Gennady Zyuganov, et ses partisans assistent à la manifestation annuelle marquant la Journée internationale des travailleurs, à Moscou, le 1er mai 2022.

Au centre d’hébergement temporaire à Bezimennoïé, dans la région de Donetsk

Une femme assise avec des enfants alors que des personnes évacuées, notamment des civils, d’une zone proche de l'aciérie Azovstal, à Marioupol, arrivent dans un centre d'hébergement temporaire amménagé dans le village de Bezimennoïé, en Ukraine, dans la région de Donetsk, le 1er mai 2022.
Des personnes évacuées, notamment des civils, d’une zone proche de l'aciérie Azovstal, à Marioupol, arrivent dans un centre d’hébergement temporaire amménagé dans le village de Bezimennoïé, en Ukraine,dans la région de Donetsk, le 1er mai 2022.
Une femme assise avec son chat, dans le centre d’hébergement temporaire amménagé dans le village de Bezimennoïé, en Ukraine, dans la région de Donetsk, le 1er mai 2022. Ce centre accueille des personnes évacuées, notamment des civils, d’une zone proche de l'aciérie Azovstal, à Marioupol.

Bonjour Jonas,

La « deuxième phase » de « l’opération militaire spéciale » lancée le 24 février par Vladimir Poutine se concentre sur le flanc oriental, et notamment Marioupol.

Les Russes « ont constitué des renforts dans la région de Kharkiv, essayant d’augmenter la pression dans le Donbass », affirme le président Volodymyr Zelensky. Les quartiers nord-est de Kharkiv sont quotidiennement frappés par des roquettes russes, causant la mort de civils.

Parallèlement, un haut responsable militaire ukrainien fait état de « la situation difficile dans l’est de notre pays, notamment dans les régions d’Izioum et de Sievierodonetsk, où l’ennemi a concentré l’essentiel de ses efforts et ses troupes les plus préparées au combat » – les deux villes que mentionne cette source se trouvant, à peu près, dans l’axe Kharkiv-Louhansk.

La Russie a perdu de nombreux chars, mais dispose encore d’importantes réserves d’équipements

Sur le papier, l’armée russe compte quatre fois plus de soldats, trois fois plus de chars et dix fois plus de budget que celle de son voisin. Tout laissait donc à penser qu’elle allait s’imposer en quelques jours. Pourtant, dès les premières semaines, les troupes russes ont peiné à avancer dans le nord et dans l’est du pays, et elles ont essuyé de très lourdes pertes matérielles.

Voici un point rapide sur l’état des armées belligérantes, plus de deux mois après l’invasion russe. A noter : ces données s’appuient sur le site Oryx, qui tient à jour un décompte vérifié des pertes en véhicules et équipements des deux camps. Il est à noter Les chiffres réels pourraient être beaucoup plus élevés.

La Russie a perdu un nombre important de chars, et leur progression dans les plaines ukrainiennes est gênée par la boue liée au dégel. Ils ont rapidement été contraints de ne passer que par les routes, rendant leurs mouvements plus prévisibles pour leurs adversaires. Ils ont ainsi largement été ciblés par des roquettes lancées depuis le sol et des frappes de drones.

Côté aviation, en revanche, les Ukrainiens ont davantage perdu de matériel, relativement à leur équipement d’origine. Abattre l’aviation ukrainienne était en effet l’une des stratégies mises en place dès le début de la guerre par l’armée russe. Avec deux objectifs : annihiler les risques de tirs de missiles sur les chars russes et maîtriser le ciel ukrainien afin de pouvoir attaquer des dépôts de carburants et d’armes ou d’autres lieux.

L’opération d’évacuation de civils d’Azovstal « se poursuit », selon l’ONU

L’opération d’évacuation de civils d’Azovstal « se poursuit » dimanche 1er mai. « L’ONU confirme qu’une opération d’évacuation est en cours au complexe sidérurgique d’Azovstal, en coordination avec le CICR et les parties au conflit », a déclaré Jens Laerke, porte-parole du bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU, dans un courriel. Il a souligné qu’il ne pouvait donner d’autre détail pour des raisons de sécurité.

Quarante civils ont été évacués du territoire de l’usine assiégée par les Russes à Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine, selon les agences russes TASS et RIA Novosti. Le ministère de la défense russe avait déclaré plus tôt dans la journée que près de cinquante civils avaient été sortis samedi de la zone. Dix-huit hommes, quatorze femmes et huit enfants ont été emmenés depuis Marioupol vers la « république populaire de Donetsk » (contrôlée par les séparatistes prorusses), selon un correspondant de TASS sur place.

Selon le correspondant de RIA, toutes les personnes évacuées ont été placées dans un camp de tentes dans le village de Bezimennoïé, à l’est de Marioupol, à mi-chemin entre cette ville portuaire et la frontière russe. Selon cette même source, du personnel de la Croix-Rouge et de l’ONU aurait assisté à l’évacuation.

Savelii, 10 ans, pleure son père, Ihor Krotkikh, 47 ans, qui, selon sa mère, Alla Krotkikh, 42 ans, a été tué lors d’un bombardement, cimetière d'Irpine, près de Kiev, le 1er mai 2022.
Des Ukrainiennes se rendent sur la tombe d'un parent soldat, en ce premier dimanche après Pâques orthodoxe, au cimetière de Dnipro, en Ukraine, le 1er mai 2022.
Des soldats de la défense territoriale d'Irpine et de l'armée ukrainienne vont déposer des fleurs sur les tombes de camarades tués au combat, dans le cimetière d'Irpine, en banlieue de Kiev, le dimanche 1er mai 2022.

Bonjour, Chriscaz,

Effectivement, le président Zelensky a été visé par des tentatives d’assassinat au début de l’invasion russe de l’Ukraine. Leur nombre fait débat. « Nos partenaires étrangers parlent de deux ou trois tentatives. Je crois qu’il y a eu plus d’une douzaine de tentatives », a déclaré le conseiller présidentiel Mykhaïlo Podoliak lors d’un entretien avec le média ukrainien Ukrayinska Pravda. Depuis, aucune n’a été rapportée à la presse, laissant penser qu’elles ne sont plus d’actualité.

A Kiev

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, remet l'Ordre de la princesse Olga à la présidente de la Chambre des représentants des Etats-Unis, Nancy Pelosi, pour « sa contribution personnelle significative (…) au soutien de l'Ukraine souveraine, indépendante et démocratique », lors de leur rencontre à Kiev, le 1er mai 2022.

Le président de la Rada, le Parlement ukrainien, a salué la visite de Nancy Pelosi

Sur Twitter, Ruslan Stefanchuk, le président de la Rada, a remercié la présidente de la Chambre des représentants américaine pour sa visite (samedi à Kiev) et son soutien.

Bonjour Lurtz,

Il est vrai que les rumeurs vont bon train à ce sujet mais aucune information officielle n’a circulé sur l’état du chef d’état-major général russe, Valéri Guerassimov. Nous ne pouvons donc pas infirmer ou confirmer, pour l’instant, que ce général ait été blessé.

Civils évacués de Marioupol

Des civils qui ont quitté la zone proche de l'aciérie Azovstal, à Marioupol, accompagnés par du personnel de l'ONU, marchent dans un centre d'hébergement temporaire dans le village de Bezimennoïé, égion de Donetsk en Ukraine, le 1er mai 2022.
Des civils qui ont quitté la zone située près de l'aciérie Azovstal, à Marioupol, marchent accompagnés par du personnel de l'ONU et un membre du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) dans un centre d'hébergement temporaire dans le village de Bezimenne, région de Donetsk, en Ukraine, le 1er mai 2022.
Des civils qui ont quitté la zone proche de l'aciérie Azovstal à Marioupol marchent accompagnés d'un membre des troupes prorusses et d'un membre du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) dans un centre d'hébergement temporaire  dans le village de Bezimennoïé dans la région de Donetsk, en Ukraine, le 1er mai 2022.
Des membres des troupes prorusses montent la garde près d'un centre d'hébergement temporaire pour les personnes évacuées dans le village de Bezimennoïé, dans la région de Donetsk, en Ukraine, le 1er mai 2022.

Bonjour Sylvie,

Avec ses 38 600 kilomètres de gazoducs hérités de l’ère soviétique, l’Ukraine possède la plus grande infrastructure de transit au monde et reste cruciale pour le transport du gaz russe vers l’Europe. Pour l’heure, le gaz russe continue bien d’être acheminé en UE par les gazoducs du réseau Brotherhood, qui traverse l’Ukraine. La Russie s’acquitte donc d’un péage à l’Ukraine.

Un contrat signé en 2019, et qui court jusqu’en 2024, comprend le paiement de « frais de transit » par Gazprom d’un peu plus de 7 milliards de dollars (6,7 milliards d’euros) sur la période.

Moscou cherche des voies de contournement de l’Ukraine pour vendre son « or bleu », mais Brotherhood reste, et de loin, en l’absence de Nord Stream 2, le réseau dont la capacité est la plus importante de tous les gazoducs reliant la Russie à l’UE.

Lire aussi : Guerre en Ukraine : Kiev est-il dépendant du gaz russe ?

Bonjour, Karim75011,

Effectivement, un avion de reconnaissance russe s’est introduit, vendredi soir, dans l’espace aérien danois à l’est de Bornholm (île danoise de la Baltique) avant de pénétrer dans l’espace aérien suédois. Comme le Danemark est membre de l’OTAN, des mesures s’appliquent lorsque son espace aérien est violé.

Ainsi, des chasseurs d’interception sont appelés à décoller sur alerte (autrement dit, ils doivent réagir en quelques minutes). Ils vont suivre les appareils entrés dans l’espace aérien sans y être autorisés et les escorter jusqu’à ce que ceux-ci aient quitté la zone de l’Alliance atlantique.

Dans ce cas-là, l’avion russe ne semble pas avoir été « intercepté ». Copenhague a alors convoqué l’ambassadeur de Russie au sujet de cet incident.

https://assets-decodeurs.lemonde.fr/redacweb/ukraine-cartes-infographie/derniere-maj-ukraine-avancee-russe.png
https://assets-decodeurs.lemonde.fr/redacweb/ukraine-cartes-infographie/derniere-maj-ukraine-avancee-russe.png
30
La situation en carte
Agrandir

  • Le point sur la situation en Ukraine à 13 heures
  • La Russie grignote lentement du terrain à l’Est

Le contexte

Live animé par Sandra Cazenave et Clémence Apetogbor

  • Dans le sud de l’Ukraine, l’aéroport d’Odessa a été frappé, samedi 30 avril, par un missile russe qui a détruit la piste, sans faire de victimes, a annoncé le gouverneur de l’oblast, Maksym Martchenko. La ville se trouve dans la bande côtière que la Russie pourrait envisager de conquérir pour faire la jonction, à l’ouest, avec l’enclave séparatiste prorusse de Transnistrie, en Moldavie, où elle dispose de troupes.
  • Vous pouvez retrouver notre live d’hier sur ce lien.
  • Les forces russes maintiennent leur pression sur les régions de l’est et du sud du pays, particulièrement autour de Kharkiv, la deuxième ville du pays, située dans l’Est. Elle a été frappée à de multiples reprises dans la nuit de vendredi à samedi.
  • Un premier groupe d’une vingtaine de civils a été extrait dans la nuit de samedi à dimanche de l’usine métallurgique Azovstal, dernière poche de la résistance ukrainienne à Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine, région où l’armée russe concentre l’essentiel de ses forces.
  • La police ukrainienne a annoncé samedi la découverte d’une fosse commune avec les corps de trois hommes torturés à Myrotske, un village près de Boutcha, petite ville située au nord-ouest de Kiev (Nord) devenue le symbole des atrocités imputées aux forces russes.
  • La France va « renforcer » l’envoi de matériel militaire à l’Ukraine ainsi que son aide humanitaire à ce pays, a annoncé samedi l’Elysée après un entretien entre Emmanuel Macron et Volodymyr Zelensky.
  • Plus de 5,4 millions d’Ukrainiens ont quitté leur pays depuis le début de l’invasion russe, dont 57 000 durant les dernières vingt-quatre heures, ont noté les Nations unies.

Lire tous nos articles, analyses et reportages sur la guerre en Ukraine

Reportage. Oubliée par Moscou, fidèle à Poutine : Fère-Champenoise, le fatalisme à la russe

Analyse. Les « camps de filtration », une pratique déjà utilisée en Tchétchénie

Enquête. Le mythe russe de la Grande Guerre patriotique et ses manipulations

Editorial. La guerre en Ukraine change de nature

Portfolio. Deux semaines de guerre sur le front du Donbass

Reportage. A Kharkiv, « personne n’allait accueillir les Russes avec des fleurs »

Vidéo. Bombardements à Kiev : « C’est un doigt d’honneur de Poutine »

Témoignages. Exilés ukrainiens et russes en France : « J’ai l’impression que l’avenir est brouillon et injuste »

Cartes. Jour après jour, la guerre en Ukraine en cartes

« Pourquoi ma question n’est pas publiée ? » : comment Le Monde gère les contributions dans les suivis en direct

  • Le point sur la situation en Ukraine à 13 heures
  • La Russie grignote lentement du terrain à l’Est

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.