Vladimir Poutine et Denis Pushilin, Leonid Pasechnik, Vladimir Saldo, Yevgeny Balitsky, qui sont les dirigeants installés par la Russie dans les régions ukrainiennes, à Moscou, en Russie, le 30 septembre 2022.

Live en cours

Le président russe a officialisé l’annexion par la Russie des oblasts de Louhansk, de Donetsk, de Kherson et de Zaporijia. Dans son discours, qui vient de s’achever, il s’est livré à un long réquisitoire contre l’Ouest, l’accusant de vouloir imposer « ses diktats » à l’Etat russe.

Vladimir Poutine officialise l’annexion par la Russie des quatre régions de l’est et du sud de l’Ukraine

« Les gens ont fait leur choix, un choix qui ne laisse aucun doute quant à leur volonté », a déclaré le président russe avant d’ajouter : « Nous signons aujourd’hui un accord sur l’intégration » des quatre régions de l’est de l’Ukraine consultées par référendum, au nom du « droit à l’autodétermination des peuples ». La Russie ne cherche pas à restaurer l’URSS, a-t-il ajouté : « L’URSS a disparu, le passé ne peut être ramené. Et la Russie n’a pas besoin de cela aujourd’hui, nous n’y aspirons pas ».

Ce qu’il faut savoir ce vendredi à 12 h 30

  • Un bombardement a tué au moins 25 civils et fait 50 blessés à Zaporijia. Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a traité les dirigeants de « terroristes ». Alors que la Russie s’apprête à officialiser l’annexion de tout ou partie de la région administrative, où les combats se poursuivent, un convoi de civils a été attaqué, vendredi. Un missile a laissé un cratère dans le sol sur le grand marché automobile d’Orekhovo.
  • Des bombardements russes ont également été signalés dans la ville de Dnipro (centre). Le gouverneur régional, Valentyn Reznichenko, a déclaré, vendredi sur Telegram, qu’au moins une personne avait été tuée et cinq autres blessées par des missiles russes Iskander qui avaient percuté une entreprise de transport, détruisant des bus et endommageant également des immeubles de grande hauteur.
  • Vladimir Poutine a prévu d’entériner, au cours d’une cérémonie vendredi en milieu de journée, l’annexion par la Russie des quatre régions ukrainiennes occupées totalement ou en partie par les forces de Moscou. Le président russe doit prononcer un discours annoncé comme « long » pour célébrer les conquêtes russes.
  • Vladimir Poutine a signé, jeudi soir, des décrets reconnaissant l’indépendance des oblasts de Zaporijia et de Kherson. L’indépendance de celles de Donetsk et de Louhansk avait déjà été reconnue peu avant le début de l’offensive en Ukraine, le 24 février.
  • Le Conseil de sécurité de l’ONU votera, vendredi, sur une résolution condamnant les « référendums » d’annexion de ces territoires ukrainiens, et réclamant le retrait des troupes russes, texte qui n’a aucune chance d’être adopté en raison du droit de veto russe.

Tout le live

Bruxelles durcit les conditions d’entrée des Russes dans l’Union européenne

La Commission européenne a invité cet après-midi les Etats membres à être plus restrictifs dans l’octroi des visas aux Russes. « Avoir un visa valide ne suffira plus pour entrer dans l’Union européenne. Les garde-frontières devront effectuer des contrôles de sécurité supplémentaires », a annoncé la commissaire aux Affaires intérieures Ylva Johansson.

Elle a précisé que ces nouvelles orientations pour une approche plus ferme avaient été demandées par les Etats membres. « Elles portent uniquement sur les visas de courte durée et les contrôles aux frontières, pas sur l’asile. Le droit d’asile est un droit fondamental », a ajouté la commissaire suédoise depuis Stockholm, lors d’une conférence de presse en ligne. « Les Etats membres sont invités à réexaminer les visas déjà délivrés en raison du nouveau contexte de sécurité », a-t-elle indiqué.

La mobilisation en Russie pour la guerre en Ukraine a poussé de nombreux ressortissants à quitter le pays. « Selon les données datant d’il y a deux jours, 10 à 20 000 personnes de plus sont entrées dans l’UE depuis septembre », a indiqué Mme Johansson. « Mais les demandes d’asile sont insignifiantes », a-t-elle précisé.

L’UE avait un accord de facilitation pour la délivrance de visas avec la Russie, mais il a été suspendu. « Des citoyens russes entrés avec un visa touristique sont impliqués dans des provocations contre les citoyens ukrainiens ou dans la propagande de Vladimir Poutine », a-t-elle expliqué. Une demande de visa Schengen pour l’UE doit être effectuée dans le pays d’origine et « l’examen de la demande devra être très restrictif », a insisté la responsable. « Si des doutes sont émis sur le fait que le demandeur d’un visa Schengen va rester dans l’UE plus de 90 jours, le visa Schengen ne devra pas être accordé », a-t-elle indiqué.

La délivrance et la révocation des visas sont une compétence des Etats membres, a-t-elle rappelé.

Bonjour ed et Saskia,

Le Conseil de sécurité de l’ONU votera vendredi sur une résolution condamnant les « référendums » d’annexion, texte qui n’a aucune chance d’être adopté en raison du droit de véto russe. La réunion aura lieu vendredi à 15 heures à New York (21 heures à Paris). Pékin, officiellement neutre, a répété cette semaine son appel au respect de l’intégrité territoriale « de tous les pays ». La position de l’Inde sera également suivie de près. Les deux pays s’étaient abstenus en février au lendemain de l’invasion russe, lorsque la Russie avait mis son véto au Conseil à une résolution dénonçant son « agression » de l’Ukraine.

En annonçant cette résolution mardi, l’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield avait anticipé l’utilisation du véto de la Russie « pour se protéger ». « Alors nous nous tournerons vers l’Assemblée générale pour envoyer un message sans ambiguïté à Moscou », avait-elle promis. Ce vote ultérieur à l’Assemblée générale, où aucun des 193 Etats membres n’a de véto, permettra d’évaluer le degré d’isolement de la Russie, alors que certains pays en développement s’agacent que l’Occident concentre toute son attention sur l’Ukraine.

Au printemps, l’Assemblée générale avait voté trois résolutions concernant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la troisième fin avril s’étant traduit par un effritement de l’unité internationale face à Moscou.

Le 2 mars, 141 pays avaient condamné l’invasion russe, 5 pays votant contre (Russie, Biélorussie, Syrie, Corée du Nord et Erythrée), 35 s’abstenant.

Le 24 mars, l’Assemblée avait réclamé un accès humanitaire sans entrave et la protection des civils en Ukraine : 140 voix pour, cinq contre (les cinq mêmes) et 38 pays avaient choisi l’abstention.

Le 7 avril, seulement 93 pays avaient soutenu la suspension de la Russie du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, 24 votant contre, et 58 s’abstenant.

« J’exhorte tous les membres de la communauté internationale à rejeter les tentatives illégales d’annexion de la Russie » a déclaré Joe Biden

A la suite de l’annonce de nouvelles sanctions américaines contre la Russie, le président américain, Joe Biden, dans une déclaration distincte, a condamné la tentative « frauduleuse » de la Russie d’annexer un territoire ukrainien souverain. « Ne vous méprenez pas : ces actions n’ont aucune légitimité, a-t-il déclaré. Les Etats-Unis respecteront toujours les frontières internationalement reconnues de l’Ukraine. »

Les nouvelles sanctions imposeront des coûts aux personnes et aux entités « qui apportent un soutien politique ou économique aux tentatives illégales de modifier le statut du territoire ukrainien, a ajouté M. Biden. J’exhorte tous les membres de la communauté internationale à rejeter les tentatives illégales d’annexion de la Russie et à se tenir aux côtés du peuple ukrainien aussi longtemps qu’il le faudra ».

Washington annonce un nouveau train de sanction, visant plus de 1 000 personnes et entreprises

Dans une sévère mise en garde, les Etats-Unis ont annoncé, cet après-midi, qu’ils sanctionneront en accord avec les pays du G7 « tout pays, individu ou entité » qui fournirait un soutien politique ou économique à la Russie afin de l’aider à s’emparer « illégalement » de territoires en Ukraine. Plus de 1 000 personnes et entreprises liées à l’invasion de l’Ukraine par la Russie sont incluses dans le nouveau train de sanctions, y compris le gouverneur de la banque centrale et les familles des membres du Conseil national de sécurité. Des centaines de membres du corps législatif russe, de dirigeants de l’infrastructure financière et militaire du pays et de fournisseurs ont été désignés par le département américain du Trésor pour faire l’objet de sanctions.

La secrétaire au Trésor, Janet Yellen, a déclaré dans un communiqué :

Nous ne resterons pas inactifs alors que Poutine tente frauduleusement d’annexer des parties de l’Ukraine.

Le département du Trésor et le gouvernement américain prennent aujourd’hui des mesures radicales pour affaiblir davantage le complexe militaro-industriel déjà dégradé de la Russie et pour compromettre sa capacité à mener sa guerre illégale.

Poutine facilite l’accès à la nationalité russe aux étrangers s’engageant dans l’armée

Un décret signé, aujourd’hui, par Vladimir Poutine prévoit que « les citoyens étrangers ou apatrides signant un contrat pour servir dans les forces armées russes (…) pour au moins un an et prenant part [ou ayant pris part] aux opérations militaires pendant au moins six mois » bénéficieront d’une procédure simplifiée pour obtenir un passeport russe.

Le texte, publié sur le portail des documents officiels, précise que la mesure s’appliquera aussi aux personnes ayant servi moins de six mois, si elles ont reçu une blessure au combat leur permettant d’être démobilisées pour « raison de santé ». Enfin, les conjoints, les enfants et les parents des étrangers signant un contrat avec l’armée pourront également profiter d’un accès simplifié à la nationalité russe, toujours selon le décret.

Cette mesure semble s’adresser en particulier aux immigrés issus des ex-Républiques soviétiques d’Asie centrale, qui occupent dans les grandes agglomérations, comme la capitale Moscou, les métiers les plus pénibles.

Après l’annonce d’une mobilisation « partielle » la semaine dernière par la Russie, confrontée à des difficultés militaires en Ukraine, plusieurs ex-Républiques soviétiques d’Asie centrale avaient appelé leurs ressortissants à ne pas participer au conflit. La semaine dernière, Vladimir Poutine avait également signé une loi selon laquelle les étrangers qui rejoignent l’armée pour une durée d’au moins un an pouvaient demander la nationalité, sans avoir à justifier des cinq ans de résidence sur le territoire russe normalement requis.

L’Ukraine ne négociera pas avec la Russie tant que Poutine est président, ajoute Zelensky

Peu après que le dirigeant russe a demandé à l’Ukraine de déposer les armes, le président ukrainien a répondu, dans une vidéo en ligne, que « l’Ukraine ne négociera pas avec la Russie tant que Poutine est le président de la Fédération de Russie. Nous négocierons avec le nouveau président ».

Et de préciser :

L’Ukraine était et reste un leader dans les efforts de négociation. C’est notre Etat qui a toujours proposé à la Russie de parvenir à un accord de coexistence dans des conditions égales, honnêtes, décentes et justes. Il est évident que cela est impossible avec ce président russe. Il ne sait pas ce que sont la dignité et l’honnêteté.

Des recrues russes attendent de prendre un train dans une gare à Proudboï, dans la région de Volgograd en Russie, dans le cadre de de la mobilisation décidée par Vladimir Poutine, le 29 septembre 2022.
Le corps d’une personne tuée par un tir de missile gît sur le sol près de Zaporijia, le 30 septembre 2022.

Zelensky répond à Poutine : l’Ukraine va demander formellement son « adhésion accélérée à l’OTAN »

Après la cérémonie où Vladimir Poutine a signé l’annexion de quatre territoires ukrainiens sous contrôle de Moscou et a appelé Kiev à déposer les armes, Volodymyr Zelensky annonce dans un message posté sur Telegram que l’Ukraine va demander formellement son « adhésion accélérée à l’OTAN ».

Bonjour Pierre,

« Les habitants de Louhansk, Donetsk, Kherson et Zaporijia deviennent nos citoyens pour toujours », a déclaré Vladimir Poutine, ajoutant que les populations avaient voté « sans équivoque » pour « un avenir commun ». « Quatre nouvelles régions russes » seront ainsi formées, a-t-il dit, avant de signer des documents formalisant l’annexion aux côtés des quatre représentants des territoires venus à Moscou. Nous défendrons ces terres « de toutes nos forces et par tous les moyens », a-t-il martelé, parlant d’un combat « pour la grande Russie historique » face à « l’hégémonie occidentale » et au « modèle néocolonial ».

Plus de 15 % du territoire ukrainien tombe ainsi sous le contrôle administratif de Moscou, après la Crimée en 2014 (soit au total environ 18 %). Moscou revendiquerait environ 109 000 kilomètres carrés du territoire ukrainien, mais certaines zones ne sont pas occupées par l’armée russe. Si la Russie contrôle la quasi-totalité de Louhansk, ses forces n’occupent qu’environ 60 % de l’oblast de Donetsk. Interrogé sur ce qu’il adviendrait des zones qui ne sont pas actuellement sous contrôle russe, Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, a précisé, vendredi, avant le discours de Vladimir Poutine : « Elles doivent être libérées. » Les forces ukrainiennes ont entrepris d’encercler le bastion russe de Lyman, dans le nord de la région de Donetsk.

Vous pouvez vous reporter à la carte, ci-dessous, pour voir quelles parties sont contrôlées par les Russes.

Vladimir Poutine entouré de Denis Pouchiline, Leonid Passetchnik, Vladimir Saldo et Ievhen Balytsky, les dirigeants installés par la Russie dans les régions ukrainiennes ; à Moscou, en Russie, le 30 septembre 2022.

Poutine signe l’annexion de quatre régions d’Ukraine

Les quatre dirigeants de ces régions et M. Poutine ont signé tour à tour les documents d’annexion devant un public composé de membres du gouvernement, de députés et de sénateurs, et d’autres membres de l’élite politique russe avant de se prendre par les mains et de scander « Russie ! » à l’unisson avec la salle.

Vladimir Poutine critique les Etats-Unis

Poutine s’en prend aux Etats-Unis : « Il y a un ordre mondial unipolaire dans son essence, antidémocratique et non libre. Les Etats-Unis sont le seul pays au monde à utiliser deux fois des armes nucléaires en détruisant les villes japonaises d’Hiroshima et de Nagasaki. Je rappelle que les Etats-Unis et les Britanniques ont rasé, sans aucune nécessité militaire, pendant la seconde guerre mondiale, les villes de Dresde, Hambourg, Cologne, et de nombreuses autres villes allemandes. (…) Les Etats-Unis ont laissé une marque terrible dans la mémoire des peuples de Corée et du Vietnam avec des bombardements barbares au napalm et des armes chimiques. »

Vladimir Poutine accuse l’Occident de vouloir faire de la Russie une « colonie »

Dans son discours, Vladimir Poutine se livre à un long réquisitoire contre l’Occident. « Après l’effondrement de l’Union soviétique, l’Ouest a décidé que nous devions tous supporter ses diktats. En 1991, l’Ouest s’attendait que la Russie ne se remette pas (…) et s’effondre d’elle-même. Cela a failli se produire : nous nous souvenons des terribles années 1990, marquées par la faim, le froid et le désespoir. Mais la Russie a tenu bon, a retrouvé sa force et a repris la place qui lui revient dans le monde. »

« L’Occident a cherché et continue de chercher une nouvelle occasion de nous frapper, de nous affaiblir et de nous détruire. Ce dont ils ont toujours rêvé, c’est de briser notre Etat (…). Ils ne peuvent tout simplement pas accepter le fait qu’il existe un pays aussi vaste dans le monde, avec son territoire, ses richesses naturelles et ses ressources, avec des gens qui ne peuvent pas et ne veulent pas vivre selon les ordres de quelqu’un d’autre. (…) La Russie sera toujours la Russie. Nous continuerons à défendre nos valeurs. »

Vladimir Poutine appelle l’Ukraine à « cesser immédiatement les hostilités »

Vladimir Poutine se dit prêt à reprendre les négociations avec Kiev, en excluant le statut des régions annexées. Il se redit prêt à défendre le territoire russe par tous les moyens et promet la prospérité aux régions annexées. « Nous allons protéger notre terre par tous les moyens possibles et nous faisons tout pour assurer la sécurité des peuples », dit le président russe.

En Russie

Des personnes devant des écrans situés près du Kremlin et de la place Rouge avant la diffusion, en direct, d’une cérémonie visant à déclarer l’annexion des territoires sous contrôle russe des quatre régions ukrainiennes de Donetsk, Louhansk, Kherson et Zaporijia. A Moscou, le 30 septembre 2022.

L’Union européenne condamne « l’attaque odieuse de la Russie » contre un convoi civil ukrainien à Zaporijia

L’Union européenne condamne « dans les termes les plus forts » l’attaque « odieuse de la Russie » contre une colonne de véhicules civils qui a fait vingt-cinq morts vendredi dans le sud de l’Ukraine, a déclaré le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell. « Les responsables devront rendre des comptes », a-t-il ajouté.

Les fuites des gazoducs Nord Stream dues à des explosions sont équivalentes « à des centaines de kilos » de TNT, selon un rapport

Les quatre fuites touchant les gazoducs Nord Stream en mer Baltique sont dues à des explosions sous-marines correspondant « à des centaines de kilos » de TNT, a précisé, vendredi, un rapport officiel de la Suède et du Danemark remis aux Nations unies.

« La magnitude des explosions a été mesurée respectivement à 2,3 et 2,1 sur l’échelle de Richter, soit probablement l’équivalent d’une charge explosive de centaines de kilos », ont annoncé les deux pays scandinaves dans une communication au Conseil de sécurité de l’ONU qui se réunit sur le sujet, vendredi, à New York à la demande de la Russie.

Vladimir Poutine officialise l’annexion par la Russie des quatre régions de l’est et du sud de l’Ukraine

« Les gens ont fait leur choix, un choix qui ne laisse aucun doute quant à leur volonté », a déclaré le président russe avant d’ajouter : « Nous signons aujourd’hui un accord sur l’intégration » des quatre régions de l’est de l’Ukraine consultées par référendum, au nom du « droit à l’autodétermination des peuples ». La Russie ne cherche pas à restaurer l’URSS, a-t-il ajouté : « L’URSS a disparu, le passé ne peut être ramené. Et la Russie n’a pas besoin de cela aujourd’hui, nous n’y aspirons pas ».

L’allocution de Vladimir Poutine attendue

Le président de la Fédération de Russie doit s’exprimer cet après-midi dans un long discours, depuis le Kremlin, à Moscou, pour formaliser l’annexion des territoires ukrainiens des oblasts de Louhansk, de Donetsk, de Kherson et de Zaporijia. Il est attendu dans la salle la plus somptueuse du Kremlin par toute l’élite au pouvoir en Russie.

Quatre pays proposent d’aider à acheminer le gaz d’Azerbaïdjan vers l’Europe

Les opérateurs de réseaux gaziers de Bulgarie, Roumanie, Hongrie et Slovaquie proposent de prendre en charge l’approvisionnement supplémentaire en gaz naturel promis par l’Azerbaïdjan à l’Europe, a déclaré, vendredi, le président bulgare, Rumen Radev, lors d’une réunion avec son homologue azerbaïdjanais, Ilham Aliev.

La Commission européenne a signé en juillet un protocole d’accord avec l’Azerbaïdjan visant à doubler les importations de gaz naturel pour atteindre au moins 20 milliards de mètres cubes par an d’ici à 2027.


Kiev Kiev

Kharkiv Kharkiv

Lviv Lviv

Sébastopol Sébastopol

Odessa Odessa

Dnipro Dnipro

Tchernihiv Tchernihiv

Marioupol Marioupol

Donetsk Donetsk

Louhansk Louhansk

Brest Brest

Kherson Kherson

Vinnytsia Vinnytsia

Tcherkassy Tcherkassy

Soumy Soumy

Zaporijia Zaporijia

Mykolaïv Mykolaïv

Kryvy Rih Kryvy Rih

Izioum Izioum

Sievierodonetsk Sievierodonetsk Mer Noire Biélorussie Russie Roumanie Moldavie Ukraine 100 km

Russie et alliés

Crimée, annexée depuis 2014

Territoire où se trouve l’armée russe

Où l’armée russe mène des opérations

Mouvements russes

Contre-attaque ukrainienne

Ville tenue par les Ukrainiens

Ville conquise par les Russes

Ville au statut disputé

Centrales nucléaires en service

  • Vladimir Poutine officialise l’annexion par la Russie des quatre régions de l’est et du sud de l’Ukraine
  • Ce qu’il faut savoir ce vendredi à 12 h 30

Le contexte

Image de couverture : Vladimir Poutine et Denis Pushilin, Leonid Pasechnik, Vladimir Saldo, Yevgeny Balitsky, qui sont les dirigeants installés par la Russie dans les régions ukrainiennes, à Moscou, en Russie, le 30 septembre 2022. DMITRY ASTAKHOV / AFP

Retrouvez notre direct d’hier en cliquant sur ce lien.

Lire tous nos articles, analyses et reportages sur la guerre en Ukraine

Factuel. La Finlande ferme sa frontière aux Russes

Factuel. Washington annonce de nouvelles livraisons d’armes à Kiev

Décryptages. Qui sont ces pèlerins juifs qui défient la guerre comme la pandémie ?

Tribune. « La guerre de Poutine contre l’Ukraine est entrée dans une nouvelle phase, encore plus dangereuse »

Récit. En Bulgarie, les prorusses donnent le ton de la campagne électorale

Editorial. Les « référendums » prorusses enferment Poutine dans la guerre

Tribune. « En évoquant la menace nucléaire, l’espoir de Poutine est de diviser l’opinion pour fragiliser la détermination des pays démocratiques »

  • Vladimir Poutine officialise l’annexion par la Russie des quatre régions de l’est et du sud de l’Ukraine
  • Ce qu’il faut savoir ce vendredi à 12 h 30

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.