A Kiev, le 31 octobre 2022.

Live en cours

« Même en faisant cette confession, ils ont menti, a déclaré dans la soirée le président ukrainien. Nous abattons au moins dix drones iraniens chaque jour, et le régime iranien affirme qu’il en aurait donné peu. »

Ce qu’il faut savoir ce samedi 5 novembre au matin

  • Washington a accusé, vendredi 4 novembre, Moscou de tenter de soumettre les Ukrainiens en les faisant « geler » à l’approche de l’hiver. Les pays du G7 devraient créer un « mécanisme de coordination » afin de réparer les infrastructures permettant la distribution d’eau et d’électricité. Il s’agira aussi de livrer pompes à eau, appareils de chauffage, conteneurs d’habitation, sanitaires, lits, couvertures ou tentes.
  • Le premier ministre ukrainien, Denys Chmyhal, a néanmoins assuré vendredi que « près de la moitié des bâtiments dans toute l’Ukraine ont du chauffage. Ce sont des écoles, des jardins d’enfants, des hôpitaux, des immeubles d’habitation (…). A Kiev, 78 % des bâtiments sont actuellement chauffés ». Selon lui, les réserves de gaz seront suffisantes pour passer l’hiver.
  • Sur le front, c’est dans l’est du pays, et particulièrement « dans le Donbass, à Bakhmout et Soledar » que les combats sont « les plus violents », a souligné, vendredi soir, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky. Mais « nous tenons nos positions », a-t-il assuré, insistant sur les pertes importantes, selon lui, dans les rangs russes.
  • « Dans la journée, les occupants russes ont tiré trois missiles et effectué cinq frappes aériennes et deux de lance-roquettes multiples », sur les régions de Lviv (Ouest), Kharkiv (Nord-Est), Dnipropetrovsk (Centre) et Zaporijia (Sud), a quant à lui signalé l’état-major des forces ukrainiennes.
  • Kiev a fermement « condamné » les « expulsions » d’habitants des oblasts de Zaporijia et de Kherson, où la Russie procède à des « déplacements de masse forcés ». Ils se déroulent aussi en Crimée, ainsi que dans l’Est (régions administratives de Louhansk et de Donetsk, annexées par la Russie), a dénoncé le ministère des affaires étrangères ukrainien. Le ministère de la défense russe a annoncé vendredi que ces mouvements de population se poursuivaient au rythme de « plus de 5 000 » personnes par jour.
  • Face à cette situation, les Etats-Unis vont financer la modernisation de chars T-72 et de missiles sol-air HAWK dans le cadre d’un programme de quelque 400 millions de dollars, a annoncé Jake Sullivan, le conseiller à la sécurité nationale du président américain, lors d’une rencontre à Kiev avec Volodymyr Zelensky.
  • Sur la place Rouge pour la fête de l’unité nationale, Vladimir Poutine a estimé que cette aide des Occidentaux favorise des « objectifs géopolitiques, qui n’ont rien à voir avec les intérêts du peuple ukrainien » mais visent « à affaiblir, désintégrer, détruire la Russie ».
  • Les exportations de céréales à partir des ports ukrainiens ont repris jeudi, après le retour de la Russie dans l’accord sur un couloir humanitaire, le G7 s’engageant de son côté à empêcher Moscou d’« affamer » et de faire « mourir de froid » les Ukrainiens cet hiver.

Tout le live

Les habitants de la ville assiégée de Bakhmout « tiennent bon », selon le maire adjoint

Les habitants de la ville assiégée de Bakhmout, dans l’est de l’Ukraine, vivent dans des conditions désastreuses, des civils étant tués et blessés chaque jour, a déclaré ce soir le maire adjoint, alors que les combats entre les troupes russes et les forces ukrainiennes font rage autour de la ville.

Bakhmout est une cible importante pour l’armée russe dans sa lente progression dans la région de Donetsk, l’un des territoires que le Kremlin prétend avoir annexé après ce que Kyiv et l’Occident considèrent comme des référendums fictifs en septembre. Selon l’armée ukrainienne, la région est le théâtre de certains des combats les plus violents.

Le maire adjoint Oleksandr Martchenko a déclaré à Reuters que les troupes russes « tentaient de prendre d’assaut la ville depuis plusieurs directions ». « Chaque jour, il devient de plus en plus difficile de survivre dans cette ville », a dit Oleksandr Martchenko depuis un bâtiment gouvernemental vide, alors que des tirs de mortier résonnaient à proximité. Selon lui, plus de 120 civils ont été tués à Bakhmout depuis l’invasion russe du 24 février.

« Dans certains districts, nous ne connaissons pas le nombre exact de personnes tuées, car des combats actifs s’y déroulent ou les installations sont temporairement occupées » par les forces russes, a-t-il ajouté. Les troupes ukrainiennes « tiennent fermement la ligne de front », a déclaré Oleksandr Martchenko, tout en décrivant la détérioration de la situation humanitaire dans la ville, où la population est passée d’environ 80 000 habitants avant la guerre à seulement 12 000 aujourd’hui. La ville est privée d’électricité, de gaz et d’eau courante depuis près de deux mois.

Les habitants continuent de sortir dehors pour faire des achats, à collecter de l’aide humanitaire ou à chercher de l’eau, malgré les appels à l’évacuation, a dit Oleksandr Martchenko, qui a ajouté que l’hiver sera plus difficile pour les personnes âgées et atteintes d’un handicap. « Nous tenons bon et espérons que les forces armées ukrainiennes seront en mesure de repousser l’ennemi plus loin de la ville », a-t-il déclaré.

Volodymyr Zelensky réagit à la reconnaissance par Téhéran de la livraison de drones à la Russie

Ce matin, l’Iran a reconnu pour la première fois avoir fourni des drones à la Russie, avant le début de l’invasion de l’Ukraine, à la fin de février, confirmant des accusations de Kiev contre Moscou de recours à des drones iraniens dans ses attaques contre les civils et les infrastructures.

Cette prise de parole n’est toutefois pas suffisante pour Kiev, qui accuse les dirigeants iraniens de minimiser le nombre de drones livrés. « Même en faisant cette confession, ils ont menti, a déclaré dans la soirée le président ukrainien, Volodymyr Zelensky. Nous abattons au moins dix drones iraniens chaque jour, et le régime iranien affirme qu’il en aurait donné peu, et même avant le début de l’invasion à grande échelle » de l’Ukraine.

« Rien qu’en une seule journée, hier, onze Shahed ont été détruits. Nous savons avec certitude que des instructeurs iraniens ont appris aux terroristes russes à utiliser des drones, et Téhéran en général garde le silence à ce sujet », a-t-il ajouté. Kiev avait déjà affirmé il y a plusieurs jours qu’« environ quatre cents drones » iraniens avaient déjà été utilisés contre la population ukrainienne et que Moscou en avait commandé environ deux mille.

Pour le président ukrainien, « si l’Iran continue de mentir au sujet de choses évidentes, cela veut dire que le monde fera encore plus d’efforts pour enquêter sur la coopération terroriste entre les régimes russe et iranien et sur ce que la Russie paie à l’Iran pour une telle coopération ». « Qu’un seul des terroristes ou de leurs complices reste impuni, cela n’existera pas dans le monde moderne », a conclu à ce sujet M. Zelensky.

Olaf Scholz se félicite de l’opposition chinoise à l’utilisation d’armes nucléaires en Ukraine

Fortement critiqué pour son voyage à Pékin cette semaine, le chancelier allemand, Olaf Scholz, a justifié cet après-midi que la déclaration commune du « gouvernement chinois (…) et [de] moi-même (…) a valu à lui seul tout le voyage ». Xi Jinping, qui a obtenu un troisième mandat il y a deux semaines, et le chancelier allemand sont convenus de « s’opposer conjointement à l’utilisation ou à la menace d’utilisation d’armes nucléaires » en Ukraine, mais le président chinois s’est abstenu de critiquer la Russie ou d’appeler Moscou à retirer ses troupes.

Olaf Scholz, qui a été critiqué pour sa stratégie de rapprochement avec le marché chinois, a déclaré que la diversification était essentielle pour limiter les répercussions possibles en cas d’aigreurs dans les relations. « Nous avons un plan clair, et nous le suivons jusqu’au bout. Et cela signifie une diversification pour tous les pays avec lesquels nous commerçons, surtout, bien sûr, un pays qui est si grand et qui a une part si importante de l’économie mondiale », a déclaré Olaf Scholz.

« Que les prorusses fassent leurs valises ! » : reportage dans deux villes du Donbass libérées à l’automne

A Lyman et Sviatohirsk, les autorités ukrainiennes s’efforcent de rétablir l’Etat de droit.

Une statue de Lénine déboulonnée à Melitopol refait surface

Les autorités d’occupation russe ont annoncé, samedi, avoir remis à Melitopol, dans le sud-est de l’Ukraine, une statue de Lénine qui avait été déboulonnée lors de la révolution de 2014.

Le chef de l’autorité régionale de Zaporijia installé par Moscou, Vladimir Rogov, a publié sur les réseaux sociaux plusieurs photos de la statue du leader bolchevique dans cette ville occupée par les Russes depuis les tout premiers jours de l’offensive, à la fin de février. « Après sept ans, la statue de Vladimir Lénine retrouve sa place à Melitopol », s’est-il félicité, affirmant que les autorités municipales ukrainiennes l’avaient enlevée en 2015.

L’Ukraine a déboulonné de nombreuses statues de Lénine dans la foulée de la révolution de 2014, qui avait mené à la destitution d’un président prorusse, dans un effort de décommunisation de l’espace public. Moscou a condamné à plusieurs reprises cette tentative de Kiev de s’éloigner du passé soviétique et de l’influence russe. En Russie, presque toutes les grandes villes du pays ont une statue du fondateur de l’Union soviétique dans leur centre-ville.

« Les conséquences de la complicité dans l’agression russe seront beaucoup plus importantes que les avantages du soutien de la Russie » : Kiev réagit à la reconnaissance par Téhéran de la fourniture de drones à la Russie

Le porte-parole du ministère des affaires étrangères ukrainien, Oleg Nikolenko, a réagi cet après-midi sur Facebook à la reconnaissance par l’Iran de la fourniture de drones iraniens à la Russie. « Le chef de la diplomatie iranienne a publiquement admis que Téhéran fournissait des drones de combat russes quelques mois avant l’invasion totale de l’Ukraine », a-t-il déclaré.

Et d’avertir que « Téhéran devrait se rendre compte que les conséquences de la complicité dans les crimes de l’agression russe contre l’Ukraine seront beaucoup plus importantes que les avantages du soutien de la Russie. (…) Le ministère des affaires étrangères [ukrainien] (…) continuera à prendre des mesures strictes maximales pour empêcher la Russie d’utiliser des armes iraniennes pour tuer des Ukrainiens et détruire nos infrastructures critiques ».

Des restrictions supplémentaires d’électricité à Kiev et dans plusieurs autres régions

« Des restrictions supplémentaires » d’électricité ont été décidées pour Kiev et plusieurs régions d’Ukraine, a annoncé, samedi, l’opérateur national Ukrenergo, alors que des interruptions de courant étaient déjà en place depuis plusieurs jours pour limiter la consommation des civils.

« Aujourd’hui, le centre de contrôle d’Ukrenergo a été contraint d’introduire des restrictions supplémentaires sous la forme d’interruptions d’urgence pour toutes les catégories de consommateurs » dans plusieurs régions, dont celle de Kiev, a affirmé Ukrenergo dans un communiqué.

Cette décision survient alors que les forces russes continuent de pilonner les villes et les villages ukrainiens avec des missiles et des drones, provoquant des dégâts dans les centrales électriques à travers le pays.

La capitale de l’Ukraine, Kiev, lors d’une panne d’électricité, le 4 novembre 2022.

Un juge de la région annexée de Donetsk blessé par balle, annoncent les autorités d’occupation russes

Un juge de la Cour suprême de la « république populaire de Donetsk » (DNR), région annexée, fin septembre, par Moscou dans l’est de l’Ukraine, a été blessé par balle, ont annoncé, samedi, les autorités d’occupation russes.

« Dans la soirée du 4 novembre 2022, le ministère de l’intérieur (…) a reçu un message concernant une tentative d’assassinat dans la ville de Vouhlehirsk contre le juge de la Cour suprême de la DNR, Alexandre Nikouline », a annoncé le ministère, autorité installée par Moscou. « La victime a été blessée par balle », selon le communiqué, qui précise que M. Nikouline « est dans un état grave ».

Le ministère de l’intérieur de la région occupée de Donetsk n’a toutefois pas donné plus de détails sur le modus operandi, ni les raisons de cette attaque.

« Son état est évalué par les médecins comme grave », a également confirmé sur Telegram un haut responsable de l’autorité d’occupation russe, Denis Pouchiline. Selon lui, M. Nikouline « a fait condamner des criminels de guerre nazis », faisant référence au régime de Kiev avec la terminologie employée par le Kremlin pour justifier l’offensive russe en Ukraine fin février.

L’Iran reconnaît avoir livré des drones à la Russie avant sa guerre contre l’Ukraine

L’Iran a révélé avoir fourni des drones à la Russie avant l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes en février 2022. « Nous avons fourni à la Russie un nombre limité de drones, des mois avant la guerre en Ukraine », a annoncé, samedi, le ministre des affaires étrangères iranien, Hossein Amir Abdollahian, cité par l’agence officielle IRNA. C’est la première fois que le ministre fait état de la livraison de drones à la Russie.

Ces dernières semaines, Kiev et ses alliés occidentaux ont accusé la Russie d’utiliser des drones de fabrication iranienne pour mener des attaques en Ukraine. Kiev a affirmé qu’environ 400 drones iraniens avaient déjà été utilisés contre la population ukrainienne et que Moscou en avait commandé environ 2 000. En réponse, l’Union européenne et le Royaume-Uni ont annoncé de nouvelles sanctions contre l’Iran, visant trois généraux et une entreprise d’armements « responsables de fournir à la Russie des drones kamikazes » pour bombarder l’Ukraine. En septembre, Kiev a décidé de réduire considérablement ses relations diplomatiques avec Téhéran en raison de livraisons d’armes présumées à Moscou.

Téhéran a nié à plusieurs reprises ces affirmations, mais le chef de la diplomatie iranienne s’est dit prêt à examiner toute preuve d’un recours aux drones iraniens dans le conflit ukrainien. « Lors d’une conversation téléphonique avec le ministre des affaires étrangères ukrainien la semaine dernière, nous sommes convenus que s’il y avait une preuve [de l’utilisation de drones iraniens par Moscou], il nous la fournirait », a précisé M. Amir Abdollahian. « Si la partie ukrainienne tient sa promesse [de tenir des discussions avec l’Iran], nous pourrons examiner cette question dans les jours à venir et nous prendrons en compte leurs preuves », a-t-il ajouté. Toutefois, le ministre iranien a à nouveau démenti la livraison de missiles à la Russie, jugeant ces accusations « complètement fausses ».

Les forces armées ukrainiennes évaluent les pertes russes à plus de 75 400 soldats

Alors que le conflit est entré dans son 255e jour, les forces armées ukrainiennes ont dressé, samedi, le bilan des pertes russes depuis le 24 février. Elles dénombrent environ 75 440 soldats tués et estiment les pertes d’équipements militaires à 2 758 chars, 277 avions, ou encore 260 hélicoptères.

A Kiev, l’opposition biélorusse joue des coudes pour être reconnue comme un partenaire

Envers et contre tout, le canal de communication a été maintenu. Alors même que Kiev ne reconnaît pas la légitimité du dirigeant biélorusse, Alexandre Loukachenko, depuis sa réélection frauduleuse en août 2020, et dénonce sa participation à la guerre russe menée contre le pays, les relations diplomatiques entre l’Ukraine et la Biélorussie n’ont jamais été rompues. En dépit d’une rhétorique agressive et des attaques régulières de missiles et de drones russes depuis la Biélorussie, l’ambassade d’Ukraine n’a pas quitté ses bureaux de Minsk.

Le journaliste Thomas d’Istria nous explique cette étrange situation entre pays voisins, dont l’un s’est rendu complice d’une agression contre l’autre.

Ce qu’il faut savoir ce samedi 5 novembre au matin

  • Washington a accusé, vendredi 4 novembre, Moscou de tenter de soumettre les Ukrainiens en les faisant « geler » à l’approche de l’hiver. Les pays du G7 devraient créer un « mécanisme de coordination » afin de réparer les infrastructures permettant la distribution d’eau et d’électricité. Il s’agira aussi de livrer pompes à eau, appareils de chauffage, conteneurs d’habitation, sanitaires, lits, couvertures ou tentes.
  • Le premier ministre ukrainien, Denys Chmyhal, a néanmoins assuré vendredi que « près de la moitié des bâtiments dans toute l’Ukraine ont du chauffage. Ce sont des écoles, des jardins d’enfants, des hôpitaux, des immeubles d’habitation (…). A Kiev, 78 % des bâtiments sont actuellement chauffés ». Selon lui, les réserves de gaz seront suffisantes pour passer l’hiver.
  • Sur le front, c’est dans l’est du pays, et particulièrement « dans le Donbass, à Bakhmout et Soledar » que les combats sont « les plus violents », a souligné, vendredi soir, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky. Mais « nous tenons nos positions », a-t-il assuré, insistant sur les pertes importantes, selon lui, dans les rangs russes.
  • « Dans la journée, les occupants russes ont tiré trois missiles et effectué cinq frappes aériennes et deux de lance-roquettes multiples », sur les régions de Lviv (Ouest), Kharkiv (Nord-Est), Dnipropetrovsk (Centre) et Zaporijia (Sud), a quant à lui signalé l’état-major des forces ukrainiennes.
  • Kiev a fermement « condamné » les « expulsions » d’habitants des oblasts de Zaporijia et de Kherson, où la Russie procède à des « déplacements de masse forcés ». Ils se déroulent aussi en Crimée, ainsi que dans l’Est (régions administratives de Louhansk et de Donetsk, annexées par la Russie), a dénoncé le ministère des affaires étrangères ukrainien. Le ministère de la défense russe a annoncé vendredi que ces mouvements de population se poursuivaient au rythme de « plus de 5 000 » personnes par jour.
  • Face à cette situation, les Etats-Unis vont financer la modernisation de chars T-72 et de missiles sol-air HAWK dans le cadre d’un programme de quelque 400 millions de dollars, a annoncé Jake Sullivan, le conseiller à la sécurité nationale du président américain, lors d’une rencontre à Kiev avec Volodymyr Zelensky.
  • Sur la place Rouge pour la fête de l’unité nationale, Vladimir Poutine a estimé que cette aide des Occidentaux favorise des « objectifs géopolitiques, qui n’ont rien à voir avec les intérêts du peuple ukrainien » mais visent « à affaiblir, désintégrer, détruire la Russie ».
  • Les exportations de céréales à partir des ports ukrainiens ont repris jeudi, après le retour de la Russie dans l’accord sur un couloir humanitaire, le G7 s’engageant de son côté à empêcher Moscou d’« affamer » et de faire « mourir de froid » les Ukrainiens cet hiver.

Bonjour, bienvenue dans ce direct consacré à la guerre en Ukraine

Vous pouvez retrouver notre live d’hier en cliquant sur ce lien.

  • Ce qu’il faut savoir ce samedi 5 novembre au matin

Le contexte

Image de couverture : A Kiev, le 31 octobre 2022. Andrew Kravchenko / AP

  • Washington a accusé Moscou, vendredi 4 novembre, de tenter de soumettre les Ukrainiens en les faisant « geler » à l’approche de l’hiver. Les pays du G7 devraient créer un « mécanisme de coordination » afin de réparer les infrastructures permettant la distribution d’eau et d’électricité. Il s’agira aussi de livrer pompes à eau, appareils de chauffage, conteneurs d’habitation, sanitaires, lits, couvertures ou tentes.
  • Le premier ministre ukrainien, Denys Chmyhal, a néanmoins assuré vendredi que « près de la moitié des bâtiments dans toute l’Ukraine ont du chauffage. Ce sont des écoles, des jardins d’enfants, des hôpitaux, des immeubles d’habitation (…). A Kiev, 78 % des bâtiments sont actuellement chauffés ». Selon lui, les réserves de gaz seront suffisantes pour passer l’hiver.
  • Sur le front, c’est dans l’est du pays, et particulièrement « dans le Donbass, à Bakhmout et Soledar », que les combats sont « les plus violents », a déclaré, vendredi soir, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky. « Nous tenons nos positions », a-t-il néanmoins assuré, insistant sur les pertes importantes, selon lui, dans les rangs russes.
  • « Dans la journée, les occupants russes ont tiré trois missiles et procédé à cinq frappes aériennes et deux de lance-roquettes multiples » sur les régions de Lviv (Ouest), Kharkiv (Nord-Est), Dnipro (Centre) et Zaporijia (Sud), a quant à lui signalé l’état-major des forces ukrainiennes.
  • Kiev a fermement « condamné » les « expulsions » d’habitants des oblasts de Zaporijia et de Kherson, où la Russie procède à des « déplacements de masse forcés ». Ils se déroulent aussi en Crimée, ainsi que dans l’Est (régions administratives de Louhansk et de Donetsk, annexées par la Russie), a dénoncé le ministère des affaires étrangères ukrainien. Le ministère de la défense russe a annoncé vendredi que ces mouvements de population se poursuivaient au rythme de « plus de 5 000 » personnes par jour.
  • Au vu de cette situation, les Etats-Unis vont financer la modernisation de chars T-72 et de missiles sol-air HAWK dans le cadre d’un programme de quelque 400 millions de dollars, a annoncé Jake Sullivan, le conseiller à la sécurité nationale du président américain, lors d’une rencontre à Kiev avec Volodymyr Zelensky.
  • Sur la place Rouge pour la fête de l’unité nationale, Vladimir Poutine a estimé vendredi 4 novembre que cette aide des Occidentaux favorise des « objectifs géopolitiques, qui n’ont rien à voir avec les intérêts du peuple ukrainien » mais visent « à affaiblir, désintégrer, détruire la Russie ».
  • Les exportations de céréales à partir des ports ukrainiens ont repris jeudi, après le retour de la Russie dans l’accord sur un couloir humanitaire.

Retrouvez notre direct d’hier en cliquant sur ce lien.

Lire tous nos articles, analyses et reportages sur la guerre en Ukraine

Reportage. A Kiev, l’opposition biélorusse joue des coudes pour être reconnue comme un partenaire

Synthèse. La fin annoncée de la mobilisation « partielle » en Russie soulève des doutes

Décryptages. Pour la première fois, Kiev a utilisé des drones-suicides navals contre la flotte russe en Crimée

Reportage. Dans le Donbass, « que les prorusses fassent leurs valises ! »

Témoignages. Le journal d’Olga et Sasha : « La Russie signifie la peur, la mort, la terreur pour tant de peuples dans le monde aujourd’hui »

Reportage. A Cincu, en Roumanie, l’armée française finalise sa principale base sur le flanc est de l’Europe, où 750 soldats sont déployés

Entretien. Agathe Demarais : « Les sanctions économiques contre la Russie marchent, mais à long terme seulement »

Factuel. Les réponses du « Monde » à vos questions les plus fréquentes

  • Ce qu’il faut savoir ce samedi 5 novembre au matin

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.